31 décembre 2025

INFOS

    • Multipol est un réseau international et interdisciplinaire de chercheurs et d’experts en droit international et relations internationales, provenant de milieux professionnels divers, tels que la justice internationale, la diplomatie, la recherche et la fonction publique internationale. Depuis sa création en 2006, Multipol a connu une audience grandissante. Afin de pérenniser notre réseau, nous invitons toute personne intéressée à écrire des notes d’actualité, à nous signaler des événements et appels à contributions, à établir un partenariat, à nous contacter : contact.multipol@gmail.com. Merci à tous nos lecteurs !
      Retrouvez également MULTIPOL sur FACEBOOK !
    • New additions to the UN Audiovisual Library of International Law (19 May 2017). The Codification Division of the UN Office of Legal Affairs has added new lectures to the UN Audiovisual Library of International Law website, which provides high quality international law training and research materials to users around the world free of charge. The latest lectures were given by Professor Philippe Gautier on “1996-2016 : 20 ans de jurisprudence internationale relative au droit de la mer”, Dr. Jean Ho on “State Responsibility for Breaches of Investment Contracts”, and Professor Michael Ewing-Chow on “Coherence in Trade and Investment Law”.

    27 mai 2017

    OUVRAGE : H. Ascensio, P. Bodeau-Livinec, M. Forteau, F. Latty, J.-M. Sorel, M. Ubéda-Saillard (coord.), Dictionnaire des idées reçues en droit international

    Hervé ASCENSIO, Pierre BODEAU-LIVINEC, Mathias FORTEAU, Franck LATTY, Jean-Marc SOREL, Muriel UBEDA-SAILLARD

    Le présent ouvrage est un hommage à Gustave Flaubert et un clin d'oeil amical à Alain Pellet. Le premier en a inspiré la forme ; le second en a déterminé, à son insu, le contenu et les auteurs. A l'image du Dictionnaire des idées reçues de Flaubert (Ed. Louis Conard, Paris, 1913), le Dictionnaire des idées reçues en droit international comporte plus de cent définitions, sous forme d'aphorismes ou de poncifs, se rapportant à des notions, institutions ou auteurs du droit international.

    Certaines de ces définitions sont directement empruntées à Alain Pellet. Toutes sont commentées par des « collègues et néanmoins amis », anciens élèves, compagnons de route et autres proches du professeur nanterrois.

    25 mai 2017

    OUVRAGE : C. Steer, Translating Guilt: Identifying Leadership Liability for Mass Atrocity Crimes

    Cassandra STEER

    This book seeks to understand how and why we should hold leaders responsible for the collective mass atrocities that are committed in times of conflict. It attempts to untangle the debates on modes of liability in international criminal law (ICL) that have become truly complex over the last twenty years, and to provide a way to identify the most appropriate model for leadership liability. A unique comparative theory of ICL is offered, which clarifies the way in which ICL develops as a patchwork of different domestic criminal law notions. This theory forms the basis for the comparison of some influential domestic criminal law systems, with a view to understanding the policy and cultural reasons for their differences. There is a particular focus on the background of the German law which has influenced the International Criminal Court so much recently. This helps to understand, and seek a solution to, the current impasses in the debates on which model of liability should be applied.

    23 mai 2017

    ACTU : Le projet de Convention sur l’interdiction des armes nucléaires est sur la table

    Jean-Marie COLLIN

    Après des décennies d'impasse sur le désarmement nucléaire, il semble que 2017 soit l’année où les armes nucléaires vont enfin être complètement interdites avec la naissance d’un nouvel instrument juridique : une Convention sur l’interdiction des armes nucléaires.

    22 mai 2017

    ANALYSE : Chroniques de la consécration consensuelle de l’uti possidetis juris en Afrique

    Lenoir Vanessa DONATIEN

    L’uti possidetis juris impose au nouvel État de conserver, comme frontières, les limites qui étaient celles du territoire dont il est issu. L’exemple africain est systématiquement cité dans les ouvrages ayant trait à l’étude de ce principe. Depuis plus d’un demi-siècle, les États africains, initialement à travers l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), ont affirmé leur adhésion à ce principe. Cette adhésion est formulée, plus précisément, dans la Résolution AHG/RES.16 sur les litiges entre États africains au sujet des frontières. Adoptée au Caire, en Égypte, le 21 juillet 1964, cette résolution énonce « le respect total par tous les États membres de l’OUA des principes énoncés au paragraphe 3 de l’article III de la Charte de ladite Organisation ». Cependant, cet acquiescement en faveur d’une application de l’uti possidetis juris sur le continent africain ne s’est pas fait sans heurts. Il est le fruit d’un consensus dont les prémices houleuses seront brièvement retracées (I) et qui a abouti à la victoire du statu quo territorial (II).

    21 mai 2017

    OUVRAGE : W.A. Schabas, S. Murphy (eds.), Research Handbook on International Courts and Tribunals

    William A. SCHABAS, Shannonbrooke MURPHY

    Since the establishment of the Permanent Court of Arbitration for international dispute resolution in 1899, the number of international courts and tribunals has multiplied and the reach of their jurisdiction has steadily expanded. By providing a synthetic overview and critical analysis of these developments from multiple perspectives, this Research Handbook both contextualizes and stimulates future research and practice in this rapidly developing field.

    REVUE : Recueil des cours de l'Académie de droit international (vol. 379, 2016)

    David ROY

    Volume 379 of the Recueil des cours, Collected Courses of the Hague Academy of International Law is out.

    20 mai 2017

    OUVRAGE : J.-L. Halpérin, S. Hennette-Vauchez, E. Millard (dir.), L’état d’urgence : de l’exception à la banalisation

    Jean-Louis HALPERIN, Stéphanie HENNETTE-VAUCHEZ, Eric MILLARD

    Depuis novembre 2015, la France vit sous le régime de l’état d’urgence. Dans le discours du Gouvernement et du Parlement, cet état d’urgence est un instrument efficace et nécessaire, conçu pour permettre à l’État de droit démocratique libéral de répondre à des menaces exceptionnelles par des mesures qui, bien que dérogatoires à la légalité ordinaire, sont conformes aux principes d’une démocratie respectueuse des libertés.